Runewars : Petit retour de partie

runewars-box-left

Boite RuneWars

 Un vieillard édenté, et puant la sueur et la vinasse à plein nez s’installe à votre table.

D’un regard noyé dans l’alcool, mais avec une lueur de conscience emplit de tristesse, il ouvre une bouche dont les effluves feraient tomber une armée de mercenaire :

« Bonne rencontre nobles voyageurs. » annone-t-il « Laissez-moi vous conter la terrible victoire des forces du mal sur Terrinoth. Et noyons notre peur et notre désespoir dans les acres effluves de la vinasse que sert cet aubergiste…

N’ayez pas peur, ne soyez point pingre… mon histoire vaut sa chopine, et bien d’autre encore ! »

« Connaissez-vous les runes de dragons mes Seigneurs ? » continua-t-il une foi sa chope remplit de nouveau, « Il y a un millier d’années de ça, un puissant mage du nom de Timmorran déversa toute sa puissance dans un orbe qu’il voulait indestructible afin de préserver la paix et l’harmonie par-delà sa propre mort… »

Son regard devient grave à ce moment de son récit : « Mais il fût trahi par les forces du mal qui détruisirent son précieux artefact. C’est ainsi que naquirent les  runes de Dragons, des morceaux brisés de son orbe… C’est ainsi que jamais plus la paix ne fut possible dans nos contrées… C’est ainsi que les quatre factions que sont les elfes, les hommes, les démonistes et les ignobles nécromanciens se mirent à ravager les terres civilisées en quête d’une puissance sans bornes… C’est ainsi que commença les guerres des runes ! »

« J’étais une jeune recrue dans l’armée du Seigneur Angmaar, grand stratège des forces humaines, du temps ou mes jambes pouvaient encore me porter sans douleurs. » continua-t-il lorsqu’une nouvelle chopine lui raviva la mémoire.

Ses mains commençaient à s’agiter d’étrange façon tandis que des marmonnements incompréhensibles s’échappaient des lèvres du vieillard.

« Nous étions fiers dans nos armures rutilantes, et persuadés que les forces du bien, les dieux ne pouvant en décider autrement, nous mèneraient aux runes des dragons plus vite que les traitres elfes et les forces du mal que nous combattions alors. »

Jetant quelques poussières multicolores dans l’air, il continuait son récit tandis que les fumées colorées prenaient forment devant les yeux ébahit des occupants de la salle commune…

Des bruits de guerre commençaient à se faire entendre, alors qu’une carte du monde se dessinait dans les airs devant les yeux ébahis des badauds de l’auberge.

« Nous étions arrivés où nos recherches nous avaient conduit. Les runes des dragons se trouvaient devant nous, mais nos ennemis aussi étaient arrivés aux mêmes conclusions ! »

La carte se mit à luire d’étranges lueurs bleues, rouges, noires puis vertes ; délimitant à chaque extrémité de la carte, une étendue de trois zones où s’apprêtaient les armées ennemies :

Les armées des hommes, des démonistes, des nécromants et des elfes se tenaient prêtent à conquérir les territoires où les runes des dragons étaient enfuies… la première à se rendre maître de six d’entre elles aurait la suprématie absolue sur les autres, et le monde serait à sa botte !

« Pour quérir ces runes, la seule force physique ne suffirait pas. Des héros mercenaires, venant de tout le pays, s’était donc joints à ces chefs de guerre. La tactique de notre maître ne pouvait souffrir la défaite, aussi nous étions confiant dans notre armée, nos armes de sièges et nos bastions. »

La carte mis en gros plan la position des hommes, au nord sur cette terre prête à être ravagée par les conflits.

« Mais s’était sans compter la perfidie de nos adversaires qui, tout en poursuivant les mêmes objectifs que les notre, s’affairaient à renforcer leurs influence dans ces terres désolées… »

La carte alors fit le tour des autres armées, tandis que le vieillard continuait :

« A l’est les démonistes, invocateurs des bêtes immondes servant les Seigneurs du chaos. Au sud les nécromants, dont les connaissances impies ramenaient les morts à une pseudo vie de servitude. Et à l’ouest les elfes,  dont la précision mortelle des traits n’était égalée que par la perfidie de leurs mésalliances. »

A ce moment de son récit, le vieillard s’écroula sur la table, sombrant dans un sommeil tellement envinassé que son sort, s’accrochant à ses rêves alcoolisés, se déroba à son contrôle.

La carte devint floue, puis se transforma en un amalgame informe de couleurs, avant de reprendre consistance sur une partie du camp des démonistes… Une voix puissante se fait alors entendre, semblant sortir même de la carte de fumées elle-même.

« Voyez, oh mortels, comment notre puissant Seigneur Xarakssas vola la victoire aux mortels, aux immortels et aux non-vivants. Comment sa puissante stratégie déroba les fragments de puissance pour qu’Il devienne l’ultime puissance. Comment la destinée de vos vise brisées est tombée entre ses griffes manipulatrices auquel nul n’échappe ! »

La carte se reforme alors et montre l’évolution des différentes factions dans le temps.

Les nécromants s’avançant loin dans les plaines sans trop combattre. Les elfes annexant une cité et s’y arrêtant. Les humains évoluant entre les montagnes pour s’avancer vers le centre de la carte. Tandis que les démonistes avançaient sur les flancs de leur territoire, vers des zones délaissées par tous.

« Avec une grande clarté, notre Seigneur et maître décida que ses armées ne seraient qu’un écran de fumée cachant son emprise sur le monde des vivants. » poursuivait la voix nouvelle.

« Et tandis que les territoires ennemis s’étendaient, que les armées grandissaient, lui décida d’user de son influence afin de gagner le siège du Conseil des Sorciers, et le siège du Conseil de GuerreDeux années durant, alors que ses ennemis renforçaient leurs armées et leurs positions, lui usa de paroles enjôleuses, tira les ficelles des pantins sous sa coupe et parvint à obtenir les Conseils qui lui assureraient la victoire à la fin. »

La carte de fumées montra alors l’étendue des différents territoires et les forces armées… Les territoires des nécromants et des humains s’étaient grandement étendus, et de nombreuses runes semblaient prêtent à tomber dans leurs mains. Les elfes quand à eux s’étaient repliés sur leur positions et avaient renforcées celles-ci.

Les territoires démonistes, quand à eux, semblaient rester en bordure de leurs terres d’origines, comme trop timides pour s’avancer plus avant en terre inconnue.

« Ce fût là tout le génie de notre Maître et Souverain que de parvenir à faire croire à sa faiblesse à ses adversaires… ses avancées en terre inconnues ne semblaient jamais dangereuses car sans prise de runes et ne laissant que peut d’éléments derrière lui. Sa force semblait si misérable que les humains lui proposèrent un pacte de non agression… Pacte qu’il feint d’accepter du bout des lèvres, comme contraint d’accepter devant la puissance des armées humaines. »

« La troisième année, il parvint enfin à trouver une seconde rune des dragons, tandis que ses adversaires étaient bien avancés dans cette quête. Les chiens, désormais, allaient se dévorer entre eux, tandis que notre Maître faisait avancer ses pions dans l’ombre… recrutant à son service la force colossale d’un dragon rouge. »

La carte montra alors les nécromants se ruer sur les territoires elfes, tandis que les humains en faisaient de même de leur côté, tout en avançant au centre vers les nécromants de concert.

Deux bastions se construisirent en frontière des territoires humains et démonistes, une simple montagne les séparant.

« Mais les humains prirent tout de même  peur de l’avancée de notre Seigneur… Avaient-ils eu l’intuition de ses intentions fourbes ? Ou n’était-ce qu’une réaction par trop prévisible d’un jeune officier en manque d’expérience ? Toujours est-il que les hommes décidèrent d’attaquer notre bastion avancé en terre étrangère, à proximité de leur frontière. »

La carte dès lors montre l‘avance inexorable de la puissante armée des hommes vers le bastion démoniste, défendu par un unique prêtre en robe de cérémonie. Les engins de siège et la troupe innombrable de l’armée humaine s’abat sur les portes du bastion.

« Mais il s’agissait là d’un piège génialissime de notre Seigneur et Maître. En effet, notre frère invoqua les forces du chaos qui s’abattirent sur le champ de bataille. Il perdit la vie, mais son sacrifice décima l’armée adverse et permis de conserver la forteresse intacte… Un terrible coup avait été donné à l’expansion des hommes dont l’armée du reculer, et pour qui le pire ne tarderait pas à venir ! »

La carte se déplaça vers le territoire du dragon rouge, où les armées démonistes attendaient en retrait… Après un rappel des troupes rouges, celles-ci se déversèrent sur le territoire boisé des hommes et les en chassaient.

« La quatrième année s’achevait tandis que les armée démones récupéraient leur quatrième rune de dragon en frontière du territoire humain. La première avait été découverte en frontière de notre territoire, la seconde avait été apportée par les dieux en récompense d’une nourriture abondante, et la troisième avait été découverte plus tôt dans l’année.

Nos ennemis, toujours plus avancés dans leur quête des runes des dragons, avaient négligés de surveiller leurs arrières, comme notre puissant Seigneur Xarakssas l’avait présagé…

Ses plans se déroulaient sans accroc (chose qu’il adore !) et il pouvait dès lors ravir la victoire à ses adversaires… »

La carte s’avança vers les territoires centraux des hommes, où un de leur héro célébrait sa victoire sur un champion des démonistes.  C’est alors qu’on vit un autre héro démoniste se ruer sur le champion humain et le tuer, bien que sortant grandement affaibli de ce combat.

« La cinquième année notre Maître, omniscient et omnipotent, après avoir fait croire à un renforcement de ses positions au printemps, tua le dernier héro des humains et, grâce à cet exploit d’été, trouva la cinquième rune des dragons qui lui manquait… sa quête touchait à sa fin et ses ennemis commençaient à songer fortement à venir lui dérober les précieux artefacts.

C’est alors que la ruse des Seigneur du chaos montrât toute sa vilenie : ayant conquis sept territoires en dehors de son royaume, il persuada les dieux de lui remettre la sixième rune des dragons en trophée pour sa bravoure. »

 La carte recula pour montrer une vue d’ensemble des terres ravagées.

IMG_20140809_011910_demonistes

Expansion démonistes

 Le vieillard sorti alors de son sommeil enivré.

« Vous voyez ? Vous comprenez maintenant ?Il n’y a plus d’espoir pour les hommes… les bêtes immondes du chaos sont désormais nos maîtres… »

Il se resservi un pichet, pour oublier son désespoir. … Tous les clients de l’auberge en firent autant !

A propos Alaster

Administrateur du site. Membre du CA de Strat & Jeux.
Ce contenu a été publié dans Soirées, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire